Bienvenu parmi nous
 

blblbl

Quand ton intuition te joue des tours ft. Derek Hale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives :: Archives RP
MessageSujet: Quand ton intuition te joue des tours ft. Derek Hale Mer 24 Fév - 15:29

Quand ton intuition te joue des tours
Stiles & Derek
Me lache pas saleté de Jeep !

Je rentrais de chez mes grands parents, j'étais allé y chercher une bricole que Rose avait oubliée. Rien de très important mais bon, elle avait pas le permis et je m'étais dis que quelques heures seul hors de Beacon Hills ne pouvaient pas faire de mal. J'avais pris la Jeep, et écoutais de la musique tranquillement sur le chemin du retour, quand celle ci se mit à faire des bruits étranges. C'est pas possible comme certains sont condamnés à avoir la poisse ! J'étais arrivé à Beacon Hills mais encore relativement loin de chez moi, je me garrais donc à la lisière de la forêt pour vérifier ce qui n'allait pas.

Plus j'y pensais, plus je me disais que cette Jeep m'aurait au final coûté plus cher en réparation qu'une nouvelle voiture, mais que voulez vous quand on aime on ne compte pas. J'ouvrais donc le capot, me penchais dangereusement au dessus du moteur, quand j'entendis un craquement de branche derrière moi, je manquais donc de littéralement tomber sur le moteur du bolide en tentant de me retourner mais plus un bruit. Mon coeur battait à toute vitesse, et au moment où je me décidais à me reconcentrer un autre craquement retentis. Je fermais donc le capot, légèrement agacé, m'avançais vers le coté conducteur, et me penchais à nouveau, pour prendre cette fois ci la lampe torche que j'avais laissé dans la boite à gant. Je grimaçais tout en fouillant à l'aveuglette. Une fois la lampe trouvée je fermais la portière et regardais d'un air suspicieux vers les arbres épais de la forêt.

Je n'entendais plus rien, mais j'avais toujours cette sale impression que quelqu'un m'épiais. Je pris donc mon courage à deux mains, ou plutôt ma lampe torche dans une main puis ma batte dans l'autre et avancais enfin vers ces grands arbres. Je sentais bien au fond de moi que c'était une idée de merde, mais que voulez vous, curieux pour curieux, il fallait que je découve qui se cachait dans l'ombre pour m'épier. Pour être tout à fait honnête je n'étais pas sur que ce que je découvrirais me plairait vraiment mais bon...

J'avançais à travers la forêt en éclairant les alentours avec ma torche, mais rien, ceci pendant une bonne dizaine de minutes, ce n'est qu'après ce long moment de stress que j'entendis à nouveaux du bruit. Je me retournais brusquement, et sursautais car j'avais manqué de très peu de me cogner salement contre une branche, quand j'apperçus un loup. L'adrénaline et le stress montèrent à une vitesse incroyable en moi, j'étais au bord de la crise de panique. Si ce loup décidait de m'attaquer ce qui avait de fortes chances d'arriver, j'étais vraiment dans la merde. Je pensais a toute vitesse, et si la main qui tenait ma batte se resserait autour de cette dernière au point qu'elles fusionneraient probablement d'ici peu, celle qui tenait la torche elle tremblait sans s'arrêter. Je tentais au mieux de ne pas bouger et de ne pas respirer non plus, car avec un peu de chance là bête s'en irait.

Plus je pensais plus celà me semblait étrange, ce loup était là stoique et impassible, il ne m'attaquait pas, mais ne s'en allait pas non plus, puis dans un temblement la lumière croisa ses yeux, qui brillèrent alors d'un bleu profond. Là le stress s'en alla légèrement laissant place à la colère ma bouche quant à elle formula malgré moi un "C'est pas vrai" agacé et légèrement étouffé. Je m'approchais et là sans trop savoir pourquoi ni comment je me mis à parler et le flot de paroles qui se déversait de ma bouche semblait sans fin. J'évacuais surement ce que j'avais à dire depuis longtemps sans vraiment savoir si j'étais dans le vrai ou si j'étais simplement en train de me ridiculiser devant un animal potentiellement dangereux.

- Derek ? C'est toi ? Pas de réponses, je penchais la tête en plissant légèrement les yeux plus intrigué qu'à mon habitude, puis sans savoir pourquoi je prenais pour acquis que cet animal était bel et bien Derek.

- Sérieusement, tu vas me laisser parler dans le vide comme un con ? Après tout c'est peut être ce que je suis, un con. Un pauvre débile qui a cru ce que tu disais la dernière fois que tu as promis de ne plus nous quitter, un pauvre débile qui a cru que Scott était capable de comprendre le concept de self défense. Un pauvre débile qui a cru qu'un humain serait utile à qui que ce soit dans ce pack.

Tu vas toujours pas te transformer en humain ? Sérieusement ? Ok, tu sais quoi j'en ai raz le cul de vos caprices et de votre égoisme de loup garou, t'as pas droit d'envoyer un message aux gens pour dire que tu reviens après des mois de silence radio pour te pointer sans même daigner montrer ta face des semaines plus tard...


Je me passais la main dans les cheveux, et léchais mes lèvres pour les réhydrater, c'est fou ce que je parle quand je m'y met. J'étais mal à l'aise et complètement perdu, j'avais aussi surement perdu la raison, et ce loup n'était probablement qu'un loup. Si c'était bel et bien Derek alors je trouvais ça ultra insultant qu'il ne se transforme pas et me laisse là comme un pauvre crétin désespéré. Mais en même temps je ne sais pas du tout quelle serait ma réaction en le voyant, je pense que je serais simplement plus énervé encore.

Et puis tu sais quoi j'en ai marre, j'en ai marre de toutes vos conneries, de toutes tes conneries... J'en ai fini, c'est bon Ma tête balançait de gauche à droite, l'air exaspéré et fatigué. C'est ça j'étais fatigué de la situation, d'attendre, de me faire du soucis, de m'occuper des autres et de jamais rien recevoir en retour. Que tout le monde ne remarque que le méchant stiles, ou le stiles fragile. Je suis plus que ça merde ! A cette pensée les larmes me montaient aux yeux, et je décidais de me retourner puis de partir dignement avant de totalement craquer. Si seulement il y avait quelque chose de digne dans toute cette situation.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: retrouvailles imprevus Jeu 25 Fév - 16:56


retrouvailles imprévus

Ça fait quelques jours que je suis revenu à Beacon Hills. Je ne peux pas vraiment  dire que cette petite ville me  manquait mais  elle reste mon chez moi. Je ne suis pas sûr que mon absence ait particulièrement perturbé grand monde dans ce coin perdu de la  Californie.
Retrouver mon loft me quand même du bien. Mais ce qui m’a le plus manquer  reste la forêt. Depuis que j'ai la capacité de devenir un loup, je me sens plus libre que je ne l'ai jamais été. Pouvoir me défouler dans une forêt sans avoir peur de croiser un abruti qui n'a rien à faire là, m'a manqué.  
Comme toutes les nuits depuis mon retour, je me  dirige vers la forêt. Une fois assez enfoncé dans la végétation, je laisse mon loup prendre le dessus.  Une fois transformé, je ne perds pas une seconde de plus et me jette à corps perdu dans cette étendue de végétation. Je sens   lentement toute  frustration ou autres émotions négatives quitter mon esprit. Depuis que je suis reparti à New  York, j'ai eu le temps de revoir mes priorités, et me battre pour être vu comme le meneur d'une meute dont je ne suis pas l'alfa, faisait partit des choses que je ne voulais plus faire. Si la meute avait besoin de moi, ils savaient où me trouver. En attendant, je voulais profiter de la tranquillité qui régnait en ville pour continuer à m'habituer à ma nouvelle capacité.
Ça devait faire deux heures que j'étais là quand je sentis une odeur agréable, une odeur familière réconfortante. Incapable de me rappeler, d'où je connaissais cette odeur, je me suis doucement rapprocher de sa source. Elle était douce, chaude et définitivement masculine. Plus prêt...  encore un peu.
À  ce moment, j'ai alors réalisé que cette odeur m'avait manqué. Je n'en avais même pas conscience jusqu'à ce que je la sente. Je compris alors que si j’avançais encore je me retrouverais à découvert, en dehors de la forêt et à la vue de tous. Je ralentis mon allure, pour finalement m’arrêter.
Devant moi se trouvait un parking éclairé faiblement par un vieux lampadaire. De là où j'étais je le reconnu tout de suite : Stiles.  Il se rapprochait doucement de  la forêt une lampe  dans une main  et sa fameuse batte dans la seconde. Comme si cela aurait fait une grande différence face à une créature  non humaine. Il n'apprenait pas de ses erreurs.  Alors qu'il  passait les premiers arbres, je me suis de nouveau enfoncer dans la forêt.  Il me suivait de façon. Je finis par m’arrêter.  Il faillit tomber en esquivant une branche puis il  me vit enfin. Il se figea de peur, et son cœur se mit à battre de plus en plus  vite alors qu'il clignait rapidement  des yeux, signe qu'il était en pleine cogitation. Je le regardais paniquer alors que je restais sagement immobile.
Je pense qu'il finit par le réaliser et me regardant plus attentivement, notamment mes yeux.
Je l'entendis alors lâcher un « c'est pas vrai ! » irrité. Soit il m'avait reconnu soit, il avait conscience du danger auquel il s'était exposé en entrant dans la forêt sans savoir ce qui s'y trouvait.

– Derek ? C'est toi ?

Pourquoi j'ai presque l'impression de sentir de l'espoir dans sa voix. Je n'avais pas envie de devenir humain, alors j'attendis qui s'énerve.

Sérieusement, tu vas me laisser parler dans le vide comme un con ? Après tout c'est peut être ce que je suis, un con. Un pauvre débile qui a cru ce que tu disais la dernière fois que tu as promis de ne plus nous quitter, un pauvre débile qui a cru que Scott était capable de comprendre le concept de self défense. Un pauvre débile qui a cru qu'un humain serait utile à qui que ce soit dans ce pack.

Tu ne vas toujours pas te transformer en humain ? Sérieusement ? Ok, tu sais quoi j'en ai ras le cul de vos caprices et de votre égoïsme de loup garou, t'as pas droit d'envoyer un message aux gens pour dire que tu reviens après des mois de silence radio pour te pointer sans même daigner montrer ta face des semaines plus tard...



Pas de réponse. ça m'avait presque manquer de le s'énerver et s'agiter pour rien. Il passa ensuite la main dans ses cheveux avant d’humidifier ses lèvres avant de reprendre.
– Et puis tu sais quoi j'en ai marre, j'en ai marre de toutes vos conneries, de toutes tes conneries... J'en ai fini, c'est bon.

Il sembla finalement lassé de tout cela fit mine de  partir .mais Il était hors de question qu'il parte si je n'en avais pas décidé ainsi. J'émis un grognement sonore qui le stoppa net. Il se retourna précipitamment pour me voir me lécher les babines tout en avançant doucement vers lui alors qui se mit à reculer, complètement paniqué.

Tout en avançant, je laissais doucement mon côté humain émerger  doucement. Je m’arrêtais devant lui, humain et nu. Il redressa la tête pour pouvoir me regarder dans les yeux alors que je  faisais doucement craquer ma nuque. Je plissais doucement les yeux avant de lui demander en grognant légèrement :

– Qui t'a dit que tu pouvais partir ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Quand ton intuition te joue des tours ft. Derek Hale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lien de Lou-Ann
» Quand on joue avec le feu, on se brûle.
» Tu sais que tu joues trop à Pokemon, quand...
» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Hills Daily News :: Archives :: Archives RP-
Sauter vers: